L’Amour ne dure pas 3 ans

Fréderic Beigbeder avait tort. L’Amour ne dure pas trois ans. Pour Ruth et Jozsef, il dure même depuis bientôt 60 ans. Gestes tendres, baisers et regards qui en disent long, ils s’aiment comme au premier jour. À respectivement 91 et 87 ans, mes grands-parents incarnent un idéal, celui de l’Amour d’une vie. Quand ils se promènent, sous le regard bienveillant des passants et toujours main dans la main, ils ne passent pas inaperçus. En effet, je ne compte plus les fois où ils me racontent que de parfaits inconnus les ont abordés pour les prendre en photo, les féliciter sur leur complicité ou leur demander des conseils en matière de relations de couple. Ça me paraissait un peu fou au début qu’ils puissent attirer autant l’attention. Et puis j’ai réalisé que les divorces étaient devenus légion. Forcément ça laisse des traces. J’ai donc la sensation que nous sommes une génération un petit peu perdue, entre un réalisme parfois cynique, et une quête d’absolu.

Alors Ruth et Jozsef, c’est quoi votre secret ?

 

 

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Jozsef : j’ai fui la Hongrie et le Communisme en 1956, à l’âge de 26 ans. Réfugié en Suisse, la Croix-Rouge m’a trouvé un emploi dans la mécanique à Morges. Pour moi, ça ne devait être qu’une étape transitoire, avant d’atteindre les Etats-Unis. Mais le destin en a voulu autrement. Un soir d’automne 1957, je suis allé au cinéma avec un copain. Je me rappelle encore parfaitement de l’entracte et du moment où les lumières se sont rallumées. C’est là que j’ai vu ta grand-mère pour la première fois. J’étais assis juste derrière elle et ne pouvais distinguer que son profil. Un vrai coup de foudre. Et je me rappelle m’être dit, qu’un jour, elle serait ma femme.

Ruth : et moi je ne l’avais pas vu.

J : je l’ai suivie jusqu’à chez elle après le film pour essayer de lui parler. Mais j’ai été plutôt mal reçu…

: j’ai eu peur. Un homme qui vous suit comme ça en pleine nuit. Alors je lui ai claqué la porte au nez !

Un vrai psychopathe le grand-père ! Et ensuite ?

J : Morges est une petite ville. Je l’ai donc recroisée plusieurs fois par hasard au supermarché du coin et la suivais discrètement jusque chez elle, sans oser lui parler. Ce n’est que quelques mois plus tard que le destin m’a donné un petit coup de pouce.

R : je vivais dans un appartement trop grand pour moi, je sous-louais donc l’une des chambres. Quelques mois après l’épisode du cinéma, un jeune hongrois est venu s’y installer. C’était un copain de Jozsef ! Il venait souvent lui rendre visite (tu m’étonnes) et je me rappelle très bien de la fois où je lui ai ouvert la porte pour la première fois : c’était l’évidence. C’est drôle parce qu’à 13 ans, je suis allée chez une voyante à Bâle. Selon elle, j’allais me marier à plus de 30 ans, avec un homme « venu de loin ». Et j’avais 31 ans quand j’ai rencontré ton grand-père.

J : au bout d’un moment, je venais plus pour elle que pour mon copain. Et comme je ne parlais pas français, on arrivait à communiquer grâce à nos petits dictionnaires.

R : et à beaucoup de gestes aussi !

Qu’est-ce que vous aimez le plus l’un chez l’autre ?

J : sa gentillesse

R : son humour

Votre meilleur souvenir ensemble ?

J : le jour où j’ai épousé la femme de ma vie.

R : le jour où je lui ai ouvert la porte pour la première fois et que je suis tombée amoureuse de lui.

Quels conseils donneriez-vous à un couple de jeunes mariés ?

J : déjà, j’espère que vous vous êtes mariés par amour et pas pour autre chose. Sinon, c’est fichu d’avance. Il est aussi très important de dialoguer et de savoir se remettre en question pour surmonter les épreuves et les malentendus.

R : oui, c’est essentiel de se battre quand il y a des épreuves, de ne pas laisser tomber sans avoir fait son maximum. Et puis, il faut être attentif aux besoins de l’autre et savoir pardonner quand il le faut. Ah, et puis rire aussi. Beaucoup.

Comment gérez-vous les conflits ?

R : quand on se dispute, je me demande toujours si c’est une dispute qui en vaut la peine. Il n’est jamais bon de prendre des décisions à chaud, elle sont souvent mauvaises. Il est important de bien réfléchir.

J : c’est normal d’être en conflit parfois. Il ne faut simplement pas être têtu et savoir reconnaître quand on a tort. Après une dispute, c’est toujours bien de réfléchir et se remettre en question.

Comment faites-vous pour entretenir la flamme après tant d’années ?

J : quand on aime vraiment, elle ne s’éteint pas selon moi. Mais sinon, je dirais que c’est très important d’avoir des petites attentions l’un pour l’autre. Ta grand-mère me fait souvent plaisir en m’invitant à manger ou en m’achetant un joli pull.

R : je suis d’accord avec ton grand-père. Moi qui aime tant les fleurs par exemple, j’adore quand il m’en offre un bouquet pour me faire plaisir.

Quelle est votre vision du couple d’aujourd’hui ?

R : j’ai l’impression que la vie de couple est devenue beaucoup plus difficile pour les nouvelles générations. Ils évoluent dans un environnement difficile et incertain. Tout change très vite autour d’eux. Dans ces conditions, il est peut-être plus difficile de construire quelque chose de stable. Je constate aussi qu’il y a plus de séparations qu’avant. À mon époque, il était bien sûr très mal vu de divorcer, aujourd’hui c’est tout à fait accepté. Je me demande aussi si les couples d’aujourd’hui ont la patience suffisante pour surmonter certaines difficultés.

Vous approchez des 60 ans de vie commune, quel regard portez-vous l’un sur l’autre aujourd’hui ?

J : après autant de temps passé ensemble, on sent plus que jamais que l’on a besoin l’un de l’autre. Je l’aime encore comme au premier jour et elle est toujours aussi belle. C’est toi qui m’a appris à aimer mon Amour. Et accessoirement à faire à manger et à m’habiller. Tu as toujours été si élégante, j’ai dû me mettre à ton niveau.

R : toi aussi tu es toujours aussi beau. J’ai l’impression que ces années à tes côtés ont passé tellement vite. Quand on est amoureuse, on fait tout avec amour. Tout est plus intense. C’est ce que j’ai appris grâce à toi mon Amour. Je suis tellement heureuse que nous puissions toujours être ensemble à nos âges.

 

 

Pouvez-vous imaginer la vie l’un sans l’autre ?

: ce serait comme un dimanche noir et la vie ne rimerait plus à grand-chose. Mais je m’accrocherais pour mes enfants et petits-enfants.

R : non, ça doit être horrible. J’aurais une sensation de vide énorme. J’essaie de ne pas y penser et me dis qu’il nous reste encore beaucoup de temps à deux.

Y-a-t-il quelque chose que vous aimeriez vous dire ?

J : je t’aime tellement que j’ai l’impression que mon cœur va exploser. On a eu une vie superbe ensemble, malgré les difficultés. Et j’espère pouvoir être encore à tes côtés le plus longtemps possible.

R : on a fait un long chemin ensemble. C’est passé si vite. Je te remercie d’avoir toujours été là pour m’épauler et me soutenir. J’espère aussi te garder avec moi encore longtemps.

 

 

En toute objectivité, mes grands-parents me font rêver et j’espère que mon histoire durera aussi longtemps que la leur. Et vous, quelle est votre vision du couple et de l’Amour?

Partager:

10 Commentaires

  1. Saskia Parein
    21 mai 2017 / 20 h 45 min

    Merci Nina pour ce magnifique article !

    Je connais tes grands-parents depuis toujours… La vie a voulu que je les ai comme voisins indirects, puis désormais comme voisins directs. Ils représentent pour moi un exemple à eux deux. Toujours main dans la main, très élégants, énergiques et débordant d’amour l’un pour l’autre, ils forcent mon admiration.

    Je suis ravie d’avoir appris, par ton texte, leur vision du couple et je trouve leurs réponses très belles.

    Je leur souhaite de passer encore beaucoup de beaux moments remplis d’amour et les féliciterai pour l’article la prochaine fois que je les vois 🙂

    • Nana
      22 mai 2017 / 9 h 56 min

      Merci, ça me touche beaucoup 🙂 Ils étaient si heureux de pouvoir partager leur histoire et tellement émus.

  2. 22 mai 2017 / 15 h 48 min

    qu’est ce qu’ils sont beaux… c’est une merveilleuse histoire !

    • Nina
      22 mai 2017 / 15 h 55 min

      Merci beaucoup Virginie 🙂

  3. 22 mai 2017 / 16 h 30 min

    C’est beau ! J’en ai eu les larmes aux yeux.
    Je souhaite à tes grands-parents encore beaucoup de bonheur !

    • Nina
      22 mai 2017 / 17 h 13 min

      Merci pour ton joli commentaire, je ne manquerai pas de le leur dire!

  4. 22 mai 2017 / 17 h 25 min

    Superbe interview, c’est très beau et ça fait rêver en effet, merci 🙂

    • Nina
      22 mai 2017 / 21 h 44 min

      ♡ ♡ ♡

  5. 24 mai 2017 / 22 h 44 min

    Magnifique ! Touchant ! Et ils sont tellement beau ! ❤️!

    • Nina
      26 mai 2017 / 18 h 54 min

      Merci beaucoup 🙂 ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*